La Tunisie ne peut se permettre dattendre

Amine BEN GAMRA



Amine BEN GAMRA (*)


Plus de 60% de la dette extrieure de la Tunisie est libelle en devises. Le total des dettes de lEtat slvent 19 983 MTND ( 12 652 MTND de dettes extrieures et 7 331 MTND de dettes intrieures).Plus le dinar tunisien (DT) saffaiblit, plus la dette augmente.

Le cercle vicieux de linflation croissante alimentant un DT plus faible a un impact sur le niveau de la dette et est inluctable.


Labsence daction rapide accentuerait la pression sur la BCT, car la combinaison de taux dintrt levs, dune faible croissance du PIB, dun taux de chmage lev et dune dette publique croissante est insoutenable.
..



Do limpatience exprime rcemment par la BCT face la lenteur des ngociations avec le FMI.


LUnion Europenne et la France, partenaires commerciaux essentiels et sources de nombreux investissements industriels, sont dsempars. Ils sont la recherche des financements pour sponsoriser la rponse nergtique et militaire aux consquences de la guerre en Ukraine. Il s'agit tout d'abord de rduire la dpendance europenne vis--vis du gaz (40 % des ressources) et du ptrole (25 %) russes. Aussi, les Etats, qui avaient globalement rduit leurs dpenses en matire de dfense aprs la chute du mur de Berlin, vont aussi devoir se rquiper et se moderniser marche force. Sur l'ensemble du Vieux Continent, les budgets consacrs l'arme devraient en moyenne augmenter de 25 %.

Dans ces conditions, les turbulences en Tunisie, alors que le pays ne parvient pas se rformer et tombe dans une pauvret encore plus grande, ne feraient quacclrer le rtrcissement stratgique dj vident dans les relations entre lUE et les pays du Maghreb voir mme de lAfrique. Surtout que lUE et la France, sans doute lacteur cl en Afrique du Nord, nont pas russi coordonner leurs rponses aux crises interdpendantes du Mali la Libye.

Notre pays aurait pu tre dans une situation conomique favorable, si les rformes conomiques dsesprment ncessaires que les gouvernements et prsidents successifs avaient promis au FMI, lUE et aux gouvernements occidentaux se sont concrtises. Ce nest malheureusement pas le cas

Mais comment russir la mise en uvre des rformes alors que lUE, le FMI, la Banque Mondiale et dautres donateurs daide occidentaux sont complices et se montraient indulgents avec des gouvernements auxquels ils prtent de largent en ignorant la corruption rampante, lvasion fiscale et la fuite des capitaux quils laissaient gangrener lconomie du pays.



Expert Comptable
Commissaire Aux Comptes
Membre de l'Ordre des Experts Comptable de Tunisie


Commentaires


0 de 0 commentaires pour l'article 242896