Assia DJEBAR, la dame de fer de la littrature maghrbine

Samedi 03 Juin 2006



Samedi 03 Juin 2006
la journaliste franco tunisienne friel Berraies Guigny. Paris
Pionnire de la cause des femmes en Algrie, elle a fait de la femme, le thme central de ses oeuvres. Depuis son premier roman La soif (1957) , Assia Djebar est engage dans un combat pour lmancipation de la femme et pour la libration du corps. Elle revendique ces espaces justement interdits par la socit masculine.
Cest lune des premires femmes crire la premire personne du singulier, utilisant le Je dans la littrature maghrbine. Le je explique-t elle permet de se dclarer, mieux encore, il permet de saffirmer en tant que personne et en tant que corps qui occupe une position dans un espace et dans un temps donn, donc dexister . Cette criture devient dautant plus complexe, lorsquon dcide de sexprimer en franais, dans la langue de lautre, car cest la langue survenue avec la colonisation .
Quand on lui demande pourquoi elle crit en franais, elle rpond Jcris en franais, parce que cest la langue que jai apprise lcole. Mais le franais que jutilise baigne dans une atmosphre arabe() Jai dit aux Franais que je suis contre lunicit de la langue comme cela a prvalu du temps du colonialisme. Jai aussi dcid de quitter lAlgrie lorsque le module dhistoire que jenseignais lUniversit dAlger a t arabis. Je continue mopposer toute orientation qui voudrait consacrer lusage dune seule langue , explique-t elle.

Dans son roman lamour, la fantasia , elle raconte comment elle accde la connaissance du monde, et comment elle tente alors lcriture de la parole identitaire. Elle dnonce galement les pratiques dune socit qui se rclame de la religion musulmane. Elle souligne lhypocrisie sociale qui en rsulte, car dans les faits, personne napplique les prceptes de la religion. Or ce sont ces mmes prceptes quon impose aux femmes, afin de les museler. Elle dnonce certains paradoxes qui consistent dire que lIslam est la religion qui recommande daller jusquen Chine pour quter le savoir, or cest cette mme religion qui se mobilise contre lenseignement des filles. Le premier mot que lange Gabriel ordonna au Prophte tait de lire Lis!
De l, le savoir aurait du se prsenter comme libert premire, cest presque une libert divine dont la femme est prive au nom mme de cette religion qui pourtant la recommande. Et, pourtant le Coran dit: Chacun, homme ou femme, sera tenu pour responsable de soi-mme (1)Sourate des femmes. Paradoxalement, certaines socits nont jamais accept que la femme soit responsable delle-mme. Elle restera un tre maintenu sous tutelle, lui refusant toute identit propre. Lcriture dAssia Djebar veut lever tous ces interdits, pour aller ailleurs, vers cet espace tant convoit, celui de lhomme.
Permettre aussi au corps de se dvoiler et dinvestir le dehors, dire je en tant que sujet capable de sexprimer, de manifester ses propres opinions, de se sparer du groupe, du nous socital.
Historienne, Assia Djebar a fait appel aux tmoignages des femmes qui assurent la survie de la parole des anctres et qui ont permis ces histoires orales qui se transmettent de gnration en gnration. Lcrivain parcourt le temps la recherche de la mmoire de ses aeules pour faire surgir du pass la vrit historique. Tmoins oublis, voix ensevelies vont tenter une douloureuse perce travers les couches sdimentaires de la mmoire, cris, voix, murmures, voix la recherche dun corps, voix prenant corps dans lespace. Lauteur met en scne dans son roman Lamour, la fantasia un nouveau type de discours historique manant dinstances exclusivement fminines. Discours se fondant sur la transmission orale. Tentant de rcrire cette histoire occulte par les hommes et rendant ainsi hommage aux aeules qui ont su garder intact lhritage du pass.
Traduite dans une quinzaine de langues, luvre dAssia Djebar a t prime plusieurs reprises. Elle a notamment reu en 2000, le Prix de la paix attribu par les diteurs et libraires allemands pour une oeuvre littraire qui plaide en faveur des femmes des socits musulmanes. Outre les romans, la Soif en 1957 (son premier roman), Les Impatients, 1962, Les enfants du nouveau monde, Les alouettes naves en 1967, Lamour, la fantasia, en 1985, suivi dOmbre sultane en 1987 (et qui vient dtre rdit en fvrier 2006), Loin de Mdine, en 1991, Vaste est la prison, en 1995, Le Blanc de lAlgrie en 1996. Assia Djebar a crit galement pour le thtre et a ralis plusieurs films.
Son avant dernier roman, La Femme sans spulture, est un hommage une hrone de la guerre dAlgrie dont les enfants nont jamais pu enterrer le corps...
Les regrets dAssia Djebar cest de navoir pu mener une carrire cinmatographique. Jai souhait allier lcriture littraire et le cinma comme le sudois Ingmar Bergman et lItalien Pasolini. Mais des entraves ont t dresses devant moi. Le seul qui ma aide lors de la ralisation de La Nouba des femmes du Chenoua ctait Mohamed Bedjaoui. (actuel Ministre des Affaires Etrangres algrien). Lors du Festival de Carthage en 1978, des ralisateurs algriens avaient tout fait auprs des responsables tunisiens pour disqualifier son film malgr la grande admiration qua montre Fatne Hamama, prsidente du Festival, pour cette uvre. Ce nest quune anne plus tard, au Festival de Venise, que La Nouba fut couronn du Prix du jury.

Assia Djebar qui est un auteur trs inaccessible ( pour la presse arabe et franaise) vient de faire paratre aux Etats-Unis, (o elle rside) son nouveau libre les enfants du nouveau Monde (2006).
Traduit par luniversitaire amricaine spcialiste de la littrature francophone, Marjolijn De Jager, le nouveau livre de Assia Djebar replonge le lecteur, travers des portraits de plusieurs personnages hauts en couleur dans le monde fminin de la socit blidenne (o lauteur a frquent le lyce de jeunes filles de la ville), dans lunivers des atrocits et des angoisses de la guerre de Libration nationale, durant lanne 1956.


Biographie
De son vrai nom Fatma-Zohra Imalayne, Assia Djebar, est ne Cherchell le 4 aot 1936. De pre instituteur, elle est ancienne lve de l'cole normale suprieure de Svres (1955). En 1958, Assia Djebar publie chez Julliard, diteur de La Soif (1957), son second roman Les Impatients (1958) et suit en Tunisie son mari entr dans la clandestinit.
La guerre d'Algrie entre alors dans sa quatrime anne. C'est Tunis qu'Assia Djebar, tout en prparant son diplme d'histoire l' universit, rdige pour El Moudjahid auprs des rfugis algriens la frontire, les enqutes dont elle s' inspirera pour la toile de fond de son quatrime roman Les Alouettes naves..
Ensuite, tudes d'histoire (Moyen Age arabe et Maghreb du XIXe sicle) sous la direction de Louis Massignon et Jacques Berque. Docteur es lettres de l'universit de Montpellier. Professeur d'universit la facult d'Alger : d'histoire de 1962 1965, de littrature franaise et de cinma de 1974 1980.
De 1983 1989, elle sigera au conseil d'administration du Fonds d'action sociale (F.A.S.) en tant que reprsentante de l'migration algrienne, dsigne par le ministre des Affaires sociales Pierre Brgovoy. Elle sera spcialiste de l'image de l'migration la tlvision franaise, charge dont elle a demand tre libre en 1989. En tant que membre fondateur du Parlement international des crivains depuis 1993, elle contribuera permettre des crivains algriens et d'autres pays du Tiers-monde de bnficier de bourses dans des villes refuges en Europe. Docteur honoris causa de l'universit de Vienne (Autriche) et Distinguished Professor et directrice du Centre d'tudes franaises et francophones de Louisiane (le centre de recherches francophones le plus important des universits amricaines) depuis 1997. Elle collaborera avec l'cole des Hautes tudes en sciences sociales, l'Universit de Paris Diderot et le C.N.R.S. Traduite dans une vingtaine de langues, sa bibliographie comportant une dizaine de titres (L'Amour, la Fantasia, Ombre sultane, Chronique d'un t algrien, Vaste est la prison, Le Blanc de l'Algrie, Ces voix qui m'assigent, La Femme sans spulture), Mme Djebar est familire des prix littraires, surtout quand ils sont dcerns l'tranger, notamment en Allemagne, aux tats-Unis o elle enseigne et en Italie. Conscration suprme, le 16 juin 2005, elle sera lue l'Acadmie franaise au fauteuil de M. Georges Vedel (5e fauteuil). En janvier 2006, elle recevra Turin le Prix spcial international Grinzane Cavour de littrature.
Abordant son lection lAcadmie franaise, Assia Djebar dira plus tard, que cest lhistorien Pierre Nora, lui-mme membre de lAcadmie franaise, qui la contacta pour donner son point de vue sur une proposition mise par un groupe dacadmiciens relative son ventuelle lection la prestigieuse institution. Pierre Nora lui aurait prsent de solides arguments pour la convaincre. Assia Djebar affirme avoir beaucoup hsit avant daccepter de prsenter sa candidature. Lentre dans lassemble des Immortels eut nanmoins lieu le 16 juin 2005.
Lauteur justifiera ses hsitations par le fait que ses uvres ne bnficient pas en France de la mme audience quen Allemagne par exemple . Elle expliquera avoir plusieurs fois dclin des demandes dentretien manant de journaux et revues. Ajoutant quelle naime pas participer aux missions tlvises, je considre tout cela comme du cirque. En France, je suis considre comme trop nationaliste et je ne possde pas de partisans dans le milieu littraire franais. En Algrie, je craignais de paratre non pas comme crivaine francophone mais plutt comme crivaine franaise.
Aujourdhui Assia Djebar rside New York et enseigne la Francophonie.


Friel Berraies Guigny

www.journaliste.montaf.com
feriel.book.fr


  
  
     
  
festival-e55bc0255c752d1cb05da10c0f1f5026-2006-06-03 00:00:00






0 de 0 commentaires pour l'article 8257





En continu
  
Tunis





( 69 576) :
( 55 059) :
( 51 129) :
( 50 872) :
( 46 807) : ''
( 45 154) :
( 43 964) '' ''
( 43 930) :
( 42 603)
( 42 371) :
( 41 313) :
( 40 795) :
( 40 539) :
( 39 429) ..
( 38 795)
( 38 782) :
( 38 564) :
( 38 019) ..
( 37 446)
( 37 101)




Radio Babnet Live: 100% Tarab



Derniers Commentaires