Afrique : les pays ayant mis sur lagriculture et qui ont investi dans les infrastructures devront afficher des croissances leves en 2023



Amine BEN GAMRA (*)

Dans un contexte mondial toujours difficile et incertain, lAfrique narrive pas retrouver des taux de croissance levs. Au mme titre que lconomie mondiale, sa croissance devrait ralentir en 2023.

...

Globalement, ce sont plutt les pays ayant mis sur lagriculture et les infrastructures qui devraient se porter le mieux. Il faut dire que la rente ptrolire na jusqu prsent pas rellement profit aux pays africains dont les grands producteurs ont du mal sortir de la dpendance des hydrocarbures.

En tte de liste, le Sngal qui aprs une croissance de 4,7% en 2022, devrait afficher une croissance de 8,3% en 2023. Plusieurs leviers devraient contribuer cette croissance. Outre les investissements dans lagriculture et les infrastructures (autoroutes, routes, ports, ponts) qui ont beaucoup contribu la dynamique du pays au cours de ces dernires annes avant dtre impacts par les effets de la pandmie du Covid-19 et de la guerre Russie-Ukraine, la croissance devrait aussi bnficier, notamment en 2024, de lexploitation du gaz et du ptrole avec le dbut de lexploitation des gisements de gaz Grand Tortue-Ahmeyime la frontire maritime avec la Mauritanie.

Derrire le Sngal, la Rpublique dmocratique du Congo (RDC) devrait afficher des taux de croissance de 6,3% en 2023 et 6,5% en 2024, aprs un taux de croissance de 6,6% en 2022. Cet immense pays aux ressources minires exceptionnelles a encore du mal exploiter pleinement son potentiel conomique. La corruption et les guerres civiles empchent la RDC de tirer pleinement profit de ses ressources naturelles (ptrole, gaz, bois, diamant, or, coltan), notamment de ses minerais stratgiques durant cette priode de transition nergtique (cobalt, cuivre, lithium).

La Cte dIvoire maintient son rang dune des conomies les plus dynamiques du continent quelle occupe depuis la fin de la crise post-lectorale avec des taux de croissance dpassant en moyenne les 8%, en dehors des trois dernires annes marques par le Covid-19 et la crise en Ukraine.
Ainsi, aprs une croissance de 6,7% en 2022, le PIB devrait crotre de 6,2% en 2023 et 6,6% en 2024. Lagriculture demeure la locomotive conomique du pays. Premier producteur mondial de cacao et danacarde, et occupant de bonnes positions dans la production de nombreux autres produits agricoles (banane, ananas, caf), la Cte dIvoire fait dsormais le pari de la diversification en sattaquant la transformation de ses produits agricoles pour plus de valeur ajoute et de cration demplois. Paralllement, les investissements dans les infrastructures (ponts, barrages, ports, mtro, autoroutes) contribuent booster lconomie du pays.
En ce qui concerne lEthiopie, le pays est habitu des croissances leves depuis plus dune dcennie, mme si cette volution a t freine par le Covid-19 et la guerre civile au Tigr. Outre les services, les infrastructures (barrages, chemin de fer), les investissements directs trangers notamment chinois, lconomie thiopienne repose sur lagriculture qui reprsente plus des deux tiers du PIB du pays. Deuxime pays le plus peupl dAfrique derrire le Nigeria, lconomie thiopienne peut aussi compter sur un march intrieur important de plus de 110 millions de consommateurs. Aprs une croissance de 6,4% en 2022, le PIB du pays devrait crotre de 6,1% en 2023 et 6,4% en 2024.

Au-del de ces quatre leaders de la croissance conomique africaine pour les deux annes venir, lOuganda, le Kenya, la Tanzanie et le Mali devraient galement enregistrer, selon les projections du FMI, des taux de croissance suprieurs 5% en 2023 et 2024.

Si la Tanzanie et lOuganda affichaient des taux de croissance solides avant la pandmie du Covid-19, ces deux pays vont bnficier dans les annes venir des retombes positives de lexploitation de leurs ressources ptrolires. Cest dire que ces pays pourront afficher des croissances beaucoup plus leves dans les annes venir, si bien videment cette manne est mieux gre.

Idem pour le Kenya dont lconomie profitera en plus de sa position stratgique au niveau de la rgion en tant la porte dentre des pays de lhinterland, la croissance bnficiera des importants projets en infrastructures (port, chemine de fer, routes, barrages.), lesquels permettent au pays dtre le nud des changes commerciaux de la rgion.

Enfin, les taux de croissance prvus pour le Mali, 5,0% en 2023 et 5,9% en 2024 semblent surprendre du fait de linstabilit que connat ce pays sahlien depuis plus dune dcennie. Toutefois, le pays a montr une plus grande rsilience face aux chocs externes (Covid-19 et crise en Ukraine) et limpact des sanctions prises par la Communaut conomique des États de lAfrique de lOuest (CEDEAO) au lendemain du coup dEtat. La croissance conomique malienne sera tire par son secteur agricole qui fait du pays le premier producteur de coton du continent et grand producteur de nombreuses crales (riz, millet, mil) et par son secteur minier, notamment aurifre. Le Mali fait partie des cinq premiers producteurs africains dor.

Quant notre cher pays, il est prvu une baisse du taux de croissance de lconomie tunisienne allant de 2,5% en 2022 1,3% en 2023. Des chiffres qui en disent long sur le marasme conomique en Tunisie. Mais, le pire cest que ce taux de croissance conomique en 2023 est 70% moins lev que la moyenne des pays de lAfrique.

* Expert Comptable
Commissaire Aux Comptes
Membre de l'Ordre des Experts Comptable de Tunisie


Commentaires


0 de 0 commentaires pour l'article 265826


babnet
All Radio in One    
*.*.*