Tunisie-FMI : Rapport sur l'conomie tunisienne

<img src=http://www.babnet.net/images/1/fmi.jpg width=100 align=left border=0>


Le conseil dadministration du Fonds Montaire International (F M I) vient de publier son rapport sur lconomie tunisienne aprs examen du rapport prpar par la mission de ce fonds, au cours du mois de dcembre 2005,
Suite des concertations avec la banque centrale et les diffrentes structures ministrielles concernes au titre
de larticle 4 du statut de cette institution.
Voic diffrents points de ce rapport consultable sur le site du FMI:
...


- la Tunisie a ralis d'importants progrs vers son objectif de rattraper le niveau conomique des pays de la tranche de revenu infrieur de l'OCDE. Le revenu rel par tte d'habitant a augment de presque 20% depuis 2000, le taux de chmage continue de baisser et les quilibres macroconomiques restent matriss grce la capacit d'adaptation rapide des politiques budgtaire, montaire et de taux de change aux diffrentes conditions et chocs conomiques.

- Les rsultats macroconomiques sont favorables et les politiques macroconomiques demeurent globalement appropries. La croissance solide du PIB rel devrait s'acclrer en 2006 en raison de la reprise de l'agriculture ainsi que de la hausse de la production industrielle et de l'activit dans le secteur des btiments et travaux publics. L'inflation reste matrise. La position extrieure se renforce en dpit de l'impact ngatif, quoique limit, de l'expiration de l'accord sur les textiles et vtements, de la hausse des prix du ptrole sur les marchs internationaux et de l'atonie de la demande en Europe. Les rserves internationales continuent crotre ( plus de 3 mois d'importations de biens et services). Cependant, la dette extrieure demeure leve.1
Nanmoins, ce taux devrait baisser sensiblement en 2006 en vue de la prvision d'une forte croissance et si l'on suppose qu'une partie des recettes de privatisation sera utilise pour rduire le poids de la dette extrieure. La gestion de ces recettes ainsi que des autres influx extrieurs devraient tre prises en considration par les politiques macroconomiques court terme.

- Le dficit budgtaire de l'administration centrale reste matris malgr l'impact de la hausse des prix du ptrole sur les subventions et l'augmentation rcente des salaires dans la fonction publique. Pour limiter cet impact, les autorits ont continu augmenter les prix la pompe en 2005 et des augmentations ultrieures sont prvues par la Loi de Finances 2006. Par ailleurs, des mesures ont t prises en 2005 pour limiter d'autres dpenses et pour amliorer le recouvrement des recettes. La Loi de Finances 2006, qui est base sur une hypothse de prix mondiaux de ptrole de $60 par baril, prvoit une augmentation du dficit budgtaire d'un demi-point de pourcentage du PIB, 3,6%. Cependant, la mission encourage les autorits maintenir le dficit 3% du PIB afin d'atteindre l'objectif de rduire le ratio de la dette publique par rapport au PIB en dessous de 50% moyen terme par rapport au niveau actuel d'environ 60%. Ceci pourrait se raliser compte tenu des rsultats de 2005 en matire de recouvrement fiscal qui devraient continuer en vue des efforts de l'administration fiscale. Par ailleurs, le financement du dficit devrait continuer s'appuyer sur des missions sur le march obligatoire intrieur en dpit des recettes de privatisation afin de ne pas compliquer la gestion montaire.
Site du FMI



    ڤڤ

Comments


0 de 0 commentaires pour l'article 8293


babnet
All Radio in One    
*.*.*