Babnet

Miracles dans l'univers: Le miel entre le Coran et la Science



Vendredi 10 Août 2012
Le miel fait, dans ces deux dernires annes, lobjet de plusieurs recherches et publications,
ce qui ntait pas le cas il y a quelques dcennies. Presque, chaque semaine, une tude est publie en ce sujet, dans des revues de grande renomme.

Dans le Coran, Dieu, dont le nom est bni et exalt, dit [Et voil] ce que ton Seigneur rvla aux abeilles : "Prenez des demeures dans les montagnes, les arbres, et les treillages que [les hommes] font. 69. Puis mangez de toute espce de fruits, et suivez les sentiers de votre Seigneur, rendus faciles pour vous. De leur ventre, sort une liqueur, aux couleurs varies, dans laquelle il y a une gurison pour les gens. Il y a vraiment l une preuve pour des gens qui rflchissent. Sourat des abeilles 16, verset 68 et 69.


Dautres nombreux Hadith, dans la Sounat, viennent mieux dvoiler les diffrentes qualits et caractristiques du miel, notamment dans le domaine mdicinal. Ibn Abass rapporte que le Prophte lui a dit : la gurison rside dans 3 choses : une gorge de miel, une scarification, ou un point de feu ; et je dfend ma communaut du feu Boukhari. Egalement, Ibn Massoud lui rapporte ce que lui a dit le Prophte : contentez-vous des deux remdes, le miel et le Coran IbnMajah et Elhakim.


Dune autre part, les recherches scientifique rcentes dmontrent, de plus en plus, les qualits du miel dans diffrents domaines. Parmi les plus rcentes de ces recherches, celles dun enseignant lUniversit de Waikato en Newzeland, le Professeur Peter Molan, qui a investi avec ses collaborateurs 20 ans environs de recherche sur le miel, et qui a fini par publier des dizaines darticles ce sujet, dans des revues mdicales les plus mondialement recommandes. Le dernier article fut publi en Avril 2003. Cependant, il nest pas le seul. D(autre chercheurs ont consacr leur travaux cette substance, et fini par publier de nombreux articles qui ne manquent pas dintrt.


Certes, le miel tait depuis lantiquit un bon remde pour un ensemble de maladies, et ses effets sur la longvit et la bonne sant taient trs connus. Ne serai-ce comme preuve que ltat de sant quasi parfait des lvateurs dabeilles. Lhistoire elle-mme nous rapporte un certains nombre de personnes, clbres, dune longvit remarquable, et qui avaient, pour secret, un rgime alimentaire base de miel. Vitagor , titre dexemple, mangeait le pain et le miel rgulirement. Son ge dpassait 90 ans. Le grand matre de la mdecine Hypochrate, dont lge tait de plus de 108ans, avait pour repas quotidien le miel. Les exemple sont nombreux.


Mais, on est en droit de se demander : les musulmans avancent que le Coran parles des remdes contenus dans le miel, tout en sachant que de nombreuse nations, tels les Pharaoniens, les Grecs, les Romans.. lutilisaient autant que remde, et quil fut dj cit dans les autres Livres Saints ; en quoi donc consiste la nouveaut dans le Coran et o ce miracle rsides t-il donc ? La rponse sclaircit dans les 3 points suivants :



1- Dieu ne cite pas le miel explicitement, mais parle de ce qui sort du ventre des abeilles. Toute le libert donc, est lhomme dtudier les excrtions des abeilles, savoir, le miel, lalimentation royale, la cire, voire le poison.., de connatre leur caractristiques et danalyser leurs compositions. Cest ltape de connaissance.


2- Toutes ces substances, cites si-dessus, sont des remdes. Sans une analyse de prs, lhomme serait incapable dattribuer chaque maladie son remde. Le Coran linvite, de ce fait, faire des recherches et des expriences sur ces substances pour en raffiner les connaissances et en tirer profit. Cest ltape de lexprimentation.


3- Le Coran annonce textuellement une gurison pour les gens. Il na pas dit : remde pour tout le monde. Ce qui signifie que pas toutes les maladies vont tre traites par du miel, seulement certaines.



Ces trois petites remarques ont, pour point commun, linvitation mditer, rflchir et rechercher, quouvre le Coran. Cest ici que rside le miracle. Car la fin du verset, Dieu dit : Il y a vraiment l une preuve pour des gens qui rflchissent .


Voici prsent quelques extraits des publications faites au sujet du miel exposant diffrentes recherches ralises et leurs rsultats.


a- les microbes ne rsistent pas au miel :


Tel est le titre dun article publi dans la revue Lancet infect Dis, en Fvrier 2003. dans cet article, le Dr Dixon confirme la grande efficacit du miel contrler, irrsistiblement, un grand nombre de microbes. Il finit par recommander le miel comme traitement des brlures et des plaies. tous les types de miel rapporte le Pr Molan - ont un pouvoir anti-microbe, malgr que certains sont plus efficaces que dautres. Le miel inhibe la croissance microbienne et dsinfecte ainsi les plaies .


le miel est un grand agent cicatrisant :


Cest le titre dun article publi dans J Wound ostomy Continence Nurs, en Novembre 2002 par le Dr Lasby, de lUniversit de Charles Tsart, en Australie, qui dit : Malgr que le miel tai utilis comme remde traditionnel pour les plaies et les brlures, sont introduction dans les protocoles thrapeutiques actuels tait, pour longtemps, inconnues. . Le Dr Kingsley, de lhopital Devan, en Angleterre, dans un article publi en Br J Nurs, Decembre 2001, explique : les mdias ont tellement fait le point sur lefficacit du miel dans le traitement des plaies, que les patients, en Angleterre, le rclament au prs de leurs mdecins en cas de plaie .


De nombreuses autres recherches ont dmontr les proprits anti-mircobiennes du mile in vitro. Au mme titre, un grand nombre de recherche in vivo, on confirm que lutilisation du miel dans les plaies trs inflammes, a permis le nettoyage des suppurations et la rduction du temps de cicatrisation. le miel tait prcise le Pr Molan, de lUniversit de waikato en Newzeland un lment de base dans le traitement des plaies, quelques sicles auparavant. Mais avec lapparition des antibiotiques, il est devenu une mode dpasse . Malheureusement, la rsistance aux antibiotiques ne cesse de se dvelopper et demeure un grand problme mdical. Ce qui a fait r-surgir le miel dans le traitement de ces cas .


Bref, les tudes exprimentales, aussi bien in vitro quin vivo, ont confirm que le miel possde de nombreuses proprits :


- efficacit anti-microbienne,


- absence deffet secondaire sur les tissus,


- antiseptiques fort et puissant,


- stimule les tissus responsables de la cicatrisation,


- anti-inflammatoire et antalgique


- diminue ldme et lexsudation,


- diminue les squelles de cicatrisation,


- son pH est ses effets osmotiques, jouent un rle dterminant dans son efficacit anti-microbienne.



b- le miel inhibe la bactrie : Pseudomonas aeruginosae :


Ceci est rapport par le Dr Cooperen guise dintroduction son tude, publie dans la revue J Bur Care Rehabil, en Dcembre 2002 : En labsence dun traitement parfait des brlures suppures dont lagent est Pseudomonas aeruinosea, la recherche dautres moyens thrapeutiques plus efficace simposes .


Certaines tudes rcentes parlent du miel, connu dailleurs pour son utilisation ancienne, autant quagent anti-pseudomonas. Cest ainsi que le Dr Cooper et ses collaborateurs, de lUniversit de Kardief, en Angleterre, ont valu la sensibilt de 17 sous-types de Pseudomonas, prleves au niveau de brlures suppures, deux types de miel : le miel pasture et manuka . tous les sous-types lui taient sensibles une concentration infrieure 10% (g/ml). En plus, les 2 types de miel ont gard la mme efficacit, mme aprs dilution une concentration dix fois moins. Conclusion : le miel, par ses effets anti-microbes, est apte tre lun des traitements efficaces des suppurations des brlures dues Pseudomonas aeruginosea.


Une autre tude, publie dans la revue J Appl Microbial, en 2002, confirme lefficacit du miel comme traitement des brlures suppures par les bactries Cocci Gram positif.



c-
le miel est un bon pansement des plaies :


Dans une tude, publie dans la revue Ann Plast Surg, en Fvrier 2003, qui a t effectue sur 60 patients holandais atteint de diffrentes plaies profondes, classes en plaies chroniques (21 patient), plaies compliques (23 patients), et plaies aigus dues au rejet ( 16 patient). Dans cette tude, les chercheurs ont rapport la facilit de lutilisation du miel en application, chez tous les malades, lexception dun seul cas, et que le miel a permis la dsinfection des plaies, sans quaucun effet secondaire soit observ.


Lesdits chercheurs ont soulign le nombre de mdecins qui hsite encore utiliser le miel, pour traitement local, sous rserve que son utilisation nest pas confortable vu sa viscosit et sa collabilit.


Aussi, le miel est-il conseill pour son usage comme protecteur, sur les berges des incisions dans la chirurgie carcinologique. Cest ce que annonce un article des Arch Surgery, publi en 2002.



d- le mile est les brrlures :


A ce sujet, la revue Burns en 1996 publie une tude portant sur lutilit du mile dans le traitement des brlures. Sur deux groupes de 50 patients, atteints de brlures ( chaque groupes est fait de 50 patient), le miel tait utilis dans le 1er groupe. Le 2me tait trait par lapplication, sur les lsions, de portions de pomme de terre bouillies ( comme lment naturel non pathogne : placebo). Le rsultat de cette tude a montr que 90% des brlures, traites par du miel, sont devenues striles dans 7 jours, et que le taux de cicatrisation complte, au bout de 15 jours, tait de 100%. Alors que seulement 50% des patients du 2me groupe ont cicatriss en 15 jours.



e- le miel est riche en anti-oxydants :


Les chercheurs ont compar, dans une tude publie en Mars 2003, dans la revue J Agric Food Chem, entre la consommation de 1,5 g/Kg du poids du corps, du miel et la mme quantit du jus du mas. Ils ont compar leffet de ces deux lments sur lactivit anti-oxydative. Le contenu plasmatique en anti-oxydants phnoliques tait nettement suprieur aprs consommation du miel, par rapport au jus du mas. Ltude a galement signal lefficacit des anti-oxydants phnoliques, contenus dans le miel, qui permet lorganisme daugmenter sa rsistance au stress oxidatif.


Il est estim que le citoyen amricain consomme, annuellement, plus de 70 Kg des dulcorants. Lutilisation du miel, comme alternative ces dulcorants, amliorerais mieux le systme anti-oxydant au sein de lorganisme humain. Telle est la recommandation que fait le Pr Schramm, le miel au lieu des dulcorants.


Dans une autre tude, ralise en France et publie dans la revue J Nutr, en Novembre 2002, on a administr des rats, une alimentation contenant 65g damidon, sous forme damidon du bl, ou un mlange de fructose et du glucose ; en opposition une autre alimentation contenant du miel. Les chercheurs ont constat que les rats, aliments par du miel, avaient un niveau danti-oxydants suprieur, et que le leur curs taient moins exposs loxydation des lipides. Dautres tudes pour mieux comprendre les mcanismes de ces proprits anti-oxydatives savrent ncessaires, ainsi commentent les chercheurs.



f- le miel et la sant buccale :


Le Pr Molan a insist, dans un article dans la revue Gent Dent, en Dcembre 2001, sur le rle que jouerait le miel dans le traitement des maladies de la gencive, ainsi que les ulcrations buccales et autres pathologies ; et ce, grce ses proprits anti-bactriennes.



g- le miel dans le traitement des muscites post radiques :


La revue Support Care Cancer a publi, en Avril 2003, une tude effectue sur 40 patients, atteints de cancers dans la rgion cervicale et la tte, et ncessitant une radiothrapie. Les patients ont t partags en 2 groupes. Le 1er groupe a reu la cure de radiothrapie directement aprs diagnostic. Le 2me groupe, a bnfici, avant la cure de radiothrapie, dune application locale du miel au niveau buccal. Les patients ont pris 20g de miel 15 minutes avant et aprs la cure, puis 6heures aprs la cure. Ltude a montr une baisse importante du taux de survenue de muscite chez les patients ayant utilis du miel, ( 75% dans le 1er groupe, versus 20% dans le 2me groupe).


La conclusion des chercheurs souligne que lapplication du miel localement, au cours des sances de radiothrapie, est une mthode efficace et peu coteuse, de prvenir les miscites post-radiques au niveau buccal. Une conclusion qui mrite, dtre confirme par dautres tudes multicentriques pour soutenir ces rsultats.



h- le miel dans les affections de lestomac et des intestins :


Dans une tude publie dans la revue Pharmacol Res en 2001, les chercheurs ont prouv que le miel a bien, une place dans le traitement des gastrites (inflammation de lestomac). Des lsions et des ulcrations ont t provoques chez des rats, par ladministration dalcool alors quun 2me groupe de rats ont reu du miel, avant de leur administrer lalcool. Il a t not que le miel a protg lestomac des lsions que peut provoquer lalcool. Une autre tude similaire a t publie, en 1991, par la revue scandinave des maladies gastrologiques.


Aussi, les chercheurs ont-ils procd tester lefficacit du miel naturel sur la bactrie la plus communment connue pour son incrimination dans la pathognie de lulcre gastrique, et les gastrites, appele Helicobacter Pylori. Ils ont montr que ladministration dune solution de miel concentre 20% a inhib cette bactrie in vitro. Cette tude est publie dans la revue Trop Gastroent en 1991. Dautres expriences sont ncessaires pour tudier cet effet chez lhomme.


En lisant les hadiths du Prophtes, on sapperoit que le Prophte a parl de cette proprit du miel. Dans un Hadith rapport par Boukhari et Mouslim, un homme venant chez le Prophte et lui dit : Mon frre a une diarrhe. Le Prophte lui rpondit : donne-lui du miel . Il lui en donna. Puis il revenu chez le Prophte et lui dit : je lui en ai donn, mais il na fait que aggraver sa diarrhe. Il rpta la scne trois reprises. En venant une 4me fois, le Prophte lui rpondit encore : donne lui du miel , il contesta : je lui en avait donn, il saggrave toujours. Le Prophte lui donc prcisa : Dieu a raison, alors que le ventre de ton frre lui, ment . Il lui en donna, et il gurit.


En effet, le fameux BM J a publi en 1985 une tude ralise au prs de 169 enfant atteints de gastro-entrite. 80 parmi eux, ont reu le srum glucos associ 50 ml de miel au lieu du glucose. Les chercheurs ont not que la diarrhe, due la gastro-entrite, a dur 93 heurs chez les enfants nayant pas reu le miel ; alors que les bnficiers de la cure du miel ont eu une dure moins (58heurs).



i- le miel a-t-il un rle dans le traitement des colites (inflammation du colon) ?


Telle est la question que se sont poses des chercheurs de lUniversit dIstomboule, et ont publi les rsultats de leurs recherches dans la revue Dig Surg en 2002. Ils ont constat que ladministration du miel par voie rectale a la mme efficacit que le cortisone, chez des rats, aux quels une colite a t provoque. Toutefois, cette tude reste confirmer par dautres contrles.


De mme, la revue Eur J obstet Gynecol Repord Biol a publi, en Septembre 2002, une tude effectue sur des rats ayants des lsions abdominales. Elle a montr que ladministration en intra pritonal, du miel, a permis de rduire le taux de survenue dadhsion pritonale. Etude qui demeure encore au stade exprimentale seulement sur des rats.


Le miel peut-t-il protger contre les lsions inflammatoires du colon ? Cette question a fait lobjet dune tude ralise a lUniversit du Roi Saoud , en Arabie Saoudite. Les chercheurs de cette Universit ont procd provoquer des lsions au niveau du colon, chez des rats, par un acide. Ces rats ont reu au pralable des doses du miel, du glucose et du fructose, par voie orale et rectale. Ils ont constat que le miel a eu un rle primordial de protection du colon contre lagression de cet acide.



j- le miel et le cuir chevelu :


En se basant sur les effets anti-microbiens, antifongiques et anti-oxydants du miel, un chercheur, le Dr Al Willis, a tudi leffet du miel en traitement de la dermatite sborrhique. Il a tudi 30 patients, 10 hommes et 20 femmes, atteints de cette maladie qui touche le scalpe, le visage et la partie antrieure du thorax ; avec un ge entre 15 et 60 ans.


Les lsions dermatologiques, chez ces patients, taient des squames blanches sur une surface rythmateuse. Les patients appliquaient une solution base de miel (90% de miel dans de leau tide) une fois tous les deux jours, sur les zones atteintes, notamment, le scalpe, le visage et le thorax, avec un massage de 2 3 minute, pour une dure de 3 heure avant de se rincer par de leau tide. Un suivi quotidien de ces patients tait tabli, sur les critres de prurit, squames et chute de cheveux. Le traitement a dur 4 semaines, avec une bonne rponse ; les patients ne se plaignent plus de prurit ni de squames partir de la 1re semaine de traitement. Les autres lsions ont compltement disparu au bout de 2 semaines.


Puis, la surveillance de ces patient a continu pendant 6 mois, avec une application une fois par semaine du miel sur les zones atteintes. Aucune rechute na t signale chez les 15 patients qui nont pas arrt le traitement. Tandis que les lsions ont rapparu chez 12 patients parmi les 15 qui ont arrt le traitement.


Le Dr Willis a conclu, en fin de son tude, que le miel, en traitement local, peut trs bien, amliorer les symptmes de la dermatite sborrhique, et empche la survenue de rechute sil est utilis une fois par semaine.



Dieu dont le nom est bni et exalt a raison de dire : De leur ventre, sort une liqueur, aux couleurs varies, dans laquelle il y a une gurison pour les gens. Il y a vraiment l une preuve pour des gens qui rflchissent .






          Partager  Share on Google+      
Farid   3eesh Enta




Les Commentaires en arabe avec caractres latins seront automatiquement supprims

2 de 2 commentaires pour l'article 3126

Bahta  (Tunisia)  |Vendredi 10 Août 2012 à 15h 12m||           
Le tunisien n'arrive pas acheter du pain pour acheter du miel 25 dt le kg

Karra  (hamadikarra@yahoo.fr)  |Lundi 25 Septembre 2006 à 23h 41m||           
C'est trés intéressent
moi en ce qui me concerne j'ai tjs de miel à la maison



Les Commentaires en arabe avec caractres latins seront automatiquement supprims


En continu
Indicateurs Banque Centrale de Tunisie


  TUNINDEX: 0
Tunis



NOS PARTENAIRES




Derniers Commentaires