Economie

Tunisie: Les intrus, les guides touristiques et la qualit des touristes...causes principales du dclin de l'artisanat



Dimanche 29 Juillet 2012

Les visiteurs des souks de l'artisanat dans l'ancienne Medina de tunis (capitale) et Nabeul (Nord-Est) sont surpris par les marques de fatique et de dsespoir dont sont empreints les traits de la plupart des artisans et refltant, en fait, le dclin dont le secteur souffre.

"Le souk est vide en dpit du nombre de visiteurs...personne n'achte malgr la diversit des produits et les multiples crations ...des propos tenus par Adel El Ouni (artisan Tunis) qui a pass plus de 20 ans dans le domaine du martlement du cuivre, le transformant en de vritables oeuvres d'art.

La qualit des touristes a chang par rapport aux autres annes et les clients tunisiens sont beaucoup plus prodigues que les groupes de touristes qui font montre d'un manque de confiance et de peur lors des transactions, a poursuivi Adel, tout en alignant ses articles avec une minutie d'artiste.


"Actuellement je travaille seul aprs m'tre spar de sept ouvriers puisque je ne pouvais plus subvenir nos besoins respectifs", a ajout Adel.

Une situation dont s'est galement plaint Yahia Raies, qui s'est spcialis dans la cramique depuis 18 ans.

En effet, a-t-il prcis "les recettes ne suffisent plus payer les charges de l'lectricit, des matires premires et du loyer, en plus des salaires des ouvriers".

Raies a imput cela au faible pouvoir d'achat des touristes qui s'orientent vers des circuits bien prcis, fixs par les guides touristiques et excluant de leur itinraire le souk traditionnel.

Plusieurs facteurs causent le dclin de l'artisanat
Les causes du dclin du commerce de l'artisanat sont multiples.
Kamel Boughorbal (Nabeul), vendeur et fabriquant de produits de l'artisanat, depuis trois dcennies, en cite principalement une, savoir les guides touristiques qui rechignent attirer les touristes vers les souks traditionnels qui constituent les plus grandes rserves du patrimoine tunisien.

Chadi Bouzouita (Nabeul) qui s'active dans la vente des huiles esentielles et parfums a avanc que "des intrus dans le secteur ou "baznassa" ont contribu la dchance du secteur en orientant les touristes vers des endroits bien prcis les privant ainsi de la libert de se diriger vers les souks traditionnels".

Le bruit du martlement sur les plateaux en cuivre se fait de plus en plus rare et "cela n'augure rien de bon" s'inquitent Kamel et Chadi qui taient en train de lire une ptition portant la signature de plus de 150 artisans et qu'ils comptent remettre au gouverneur de la rgion.

Boughorbel nous attire dans un coin de son atelier pour nous montrer sa photo figurant dans un livre hollandais sur l'artisanat en Tunisie, avant de murmurer, "j'ai bien peur de ne plus rien lire sur le patrimoine tunisien alors qu'auparavant des centaines de plumes trangres taient avides d'crire sur l'artisanat de la Tunisie".

L'talage anarchique n'a fait que compliquer la situation.

Plusieurs articles entasss partout en dsordre empchent les touristes d'accder aux souks en plus des multiples articles de contrefaon vendus bas prix.

Un phnomne qui ne peut que dvaloriser les produits de l'artisanat tunisien auprs des touristes, a-t-il dit.

D'autres problmes sont cits par les artisans.

Adel El Ouni accuse, en effet, "les hteliers d'empcher la commercialisation des produits de l'artisanat".

"Les hteliers propagent la peur parmi les touristes en faisant circuler des informations selon lesquelles il y a un manque de scurit dans certaines rgions du pays et les incitent, par consquent, ne pas quitter les htels et ne pas se munir d'argent s'ils dcidaient de sortir", a-t-il expliqu.

Quand Kamel Boughorbel, il trouve que les "hteliers mettent la disposition des touristes des petits marchs et des vendeurs au sein des htels et font de telle sorte que le touriste achte les produits exposs des prix exorbitants".

Selon les diffrents intervenants, la solution doit maner du ministre du tourisme qui se doit de sensibiliser et contrler les hteliers pour permettre aux touristes de visiter les souks de l'artisanat et prendre connaissance des richesses naturelles, culturelles et civilisationnelles en toute libert.
Certains artisans appellent galement contrler et former les guides touristiques pour que les bnfices ne soient pas empochs par un nombre restreint privant plusieurs autres de leur source de revenu.

Le prsident de la chambre rgionale des commerants de l'artisanat et vice-prsident de la chambre nationale, Borhane Ben Ghorbel, a fait savoir que "les artisans observeront, prochainement un sit-in au port de la Goulette".

Ce mouvement de protestation vise, selon Ghorbal, " sensibiliser les responsables du secteur du tourisme et tous les intervenants la ncessit de cibler les artisans des circuits touristiques par lesquels passent les groupes de touristes".

Il a ajout que l'artisanat reste le seul secteur qui a souffert pendant et aprs la rvolution malgr la ferme volont des personnes, y exerant, de surmonter les difficults et contribuer la relance conomique mais condition d'tre l'coute des proccupations des professionnels du mtier en vue de contribuer au dveloppement et au renforcement de sa place dans le dveloppement.

Le prsident de la Fdration tunisienne de l'htellerie, (FTH), Mohamed Ali Toumi, a affirm, de son cot, qu'il a enregistr plusieurs dpassements dans plusieurs htels o il a t permis aux vendeurs possdant des autorisations et d'autres, d'exposer leurs produits artisanaux d'une manire qui gne la quitude des touristes et gche leurs vacances .

Il a ajout que l'exposition et la vente ont lieu, parfois, lorsque le touriste est la piscine, l'intrieur de l'htel, ou lorsqu'il se dirige vers le restaurant ou le caf .

M.Toumi a soulign que ce comportement a un impact sur les revenus des artisans installs dans les souks traditonnels mais, aussi, sur l'image du tourisme en Tunisie de faon gnrale .

La responsabilit incombe, selon lui, au ministre du tourisme qui est appel organiser le secteur et contrler les personnes en infraction travers les dlgations rgionales.

M.Toumi n'a pas ni, galement, que les guides touristiques tentent d'empcher les touristes de visiter les boutiques spcialises dans la vente des produits artisanaux mais celles qui ne possdent pas une autorisation de vente ou celles implantes de manire anarchique .

Et de poursuivre : j'ai vu l'un des artisans emballer dans un sachet en plastique une pice artisanale, achete par un touriste... un tel acte ne peut qu'loigner le client et lui donner une mauvaise impression quant au produit artisanal tunisien en gnral .

Il a ajout que les autorits de tutelle qui n'ont pas la volont de promouvoir le secteur du tourisme sont appeles faire participer tous les intervenants et mettre en oeuvre les propositions des professionnels du mtier afin de surmonter les erreurs et de gnraliser les bienfaits tous.

En attendant le retour du son du martlement du cuivre et les interpellations des vendeurs du souk traditionnel de Tunis, il importe de conjuguer les efforts pour dpasser les difficults travers la contribution des diffrents intervenants du secteur et le renforcement du sentiment d'appartenance la nation auprs de tous afin de sortir de l'ornire.


          Partager  Share on Google+      





2 de 2 commentaires pour l'article 52479

Moezsghaier  (Tunisia)  |Lundi 30 Juillet 2012 à 01h 12m||           
Tout d'abord, comme tout article journalistique qui se respecte, on aurait du couter l'opinion de ceux qu'on accusent et dans ce cas les guides et les beznessas.quant aux guides , dont je fais firement partie; je vous demande qui est ce qui importe la camelote chinoise?( les honorables artisans); qui est ce qui envoi les guides vers certains magasins?(les agences de voyages, a parait chapper si toumi).qui est ce qui signe des contrats et
donne des commissions aux agences,beznessas et guides, et exigent certains guides pour amener les groupes accompagns vers leurs magasins?(les propritaires des magasins).quant au ministre du tourisme, il vit sur autre galaxie, il n'est au courant de rien, et quant il est avis; il n'a pas de vhicule pour inspecter, sinon il informe l'agence ou le magasin du nom du guide gui a dpos la rclamation comme s'est pass au commissariat de
nabeul; lorsqu'un guide avait constat une infraction.a la fin, mon chre journaliste, faites votre recherche avant de publier votre article, ce sont les bases de n'importe quel travail qui se respecte.

Adel_dje  (Tunisia)  |Dimanche 29 Juillet 2012 à 23h 21m||           
Arrtez de d'accuser les guides de tous les maux du tourisme. ils demandent depuis des annes assainir le tourisme tunisien de tous les parasites qui le gangrnent. l'administration, les agences de voyages et le commerants sont les vrais responsables. les guides professionnels sont des victimes d'un systme pourri que personne ne veut rformer. ce sont pour la majorit des gens d'une grande culture, polyglottes, vouant une allgeance
totale un pays qu'ils aiment au dessus de tout.



Les Commentaires en arabe avec caractres latins seront automatiquement supprims


En continu
Indicateurs Banque Centrale de Tunisie


  TUNINDEX: 4609.39
Tunis



NOS PARTENAIRES




Derniers Commentaires