Plus "maso" que notre presse, tu cesses de paraitr

Forum des Programmes TV, Radio. Commentez le contenu des médias tunisiens et étrangers...

Plus "maso" que notre presse, tu cesses de paraitr

Postby hamadi khammar » Fri Feb 11, 2011 1:29 pm

L’ »Arturo Brachetti* » du journalisme tunisien = Raouf Khalsi



Tunis - Vendredi 11 février 2011
De Sidi Bouzid au Caire
Raouf KHALSI - Il y a une sacrée différence entre le Moubarak à la limite de l’arrogance d’il y a quinze jours et celui d’hier, affalé, abattu.
Dans sa première intervention – on s’en souvient – il avait fustigé entre les lignes, la Révolution tunisienne. Avec, sans doute, moins de venin et moins de loufoqueries que ne l’a fait le Kadhafi dont les pitreries n’amusent plus personne…

……..Que restait-il à Moubarak ?
…….. Quoi qu’il ait pu dire, quoi qu’il ait pu faire, le transfert de ses prérogatives aux mains de son vice Omar Souleymane ressemble à quelque chose que nous avons vécue en Tunisie : M. Ghannouchi, président de 24 heures en vertu de l’article 56 de la constitution. Cela s’appelle gagner du temps… le temps justement de partir… Oui partir… Ce n’est pas le fort des dictatures arabes où le pouvoir absolu finit par se travestir en incantation messianique. Or même un Pharaon tombe.
Exactement comme Mohamed Bouazizi a fait tomber Ben Ali, déclenchant cette onde de choc qui a bouleversé le cœur.
Oui à la révolution égyptienne. Mais aucun peuple dans le monde arabe ne peut récupérer la nôtre… Car cette accélération de l’Histoire est partie de Sidi Bouzid.



Et pourtant, lisez ce qu’il disait il y a quelques semaines, à peine ………(pour peu que la liberté d’expression soit respectée par Le Temps, et qu’on me publiât. Va savoir !!!)

Tunis - Mardi 11 janvier 2011
Mais jamais les Tunisiens, peuple pacifiste mais qui n’a livré des guerres que pour chasser les envahisseurs – et ceci bien avant Carthage - , n’ont voulu de cette violence épidermique, iconoclaste et finalement stupide. …..Et ceux qui, tapis dans l’ombre de la lâcheté et de la traîtrise, tirent les ficelles : ne se sentent-ils pas coupables d’avoir poussé des jeunes à s’immoler par le feu, à se faire électrocuter et à aller saccager des biens publics et privés au péril de leur vie ?.......
Parce qu’au nom d’un élitisme débridé, au nom d’une liberté qu’ils ne réclament que pour leurs tribunes, voilà que la crise du chômage récurrente et mondiale sert de litanie à une lecture ou plutôt à une étude pour le moins fallacieuse d’une certaine stratification sociale.
Quant à nos « élites », qui se disent libérales ou alors de gauche parce qu’on les a amputées de leur main droite, à l’évidence elles sont confondues dans ces brumes narcissiques où l’on en arrive à pavoiser quand nos enfants vont à leur propre mort. Eh bien non : s’ils espèrent une déflagration ; c’est qu’ils n’ont rien compris.
Les Tunisiens sont trop attachés à leurs acquis pour les suivre dans leurs lubies.

Tunis - Jeudi 13 janvier 2011
Or le Pouvoir ne pouvait faire autrement. Il fallait en effet arrêter cette incroyable effusion de sang et circonscrire la course folle de cette boule de neige ou, plutôt, cette boule de feu…
Une étincelle surgit de la grisaille cependant : le Chef de l’Etat décide ce que les Tunisiens attendaient ardemment : la guerre aux dépassements et à la corruption.
……..gare à diaboliser le capital ; gare à la purgation des passions populistes promptes à appeler à la chasse aux sorcières…… Nous croyons en la solidité de nos institutions et à la prééminence de la loi…….

Tunis - Vendredi 14 janvier 2011

Si ces remparts tombent aujourd’hui c’est aussi parce que nous leur avons résisté et aussi parce que vous continuez de croire en nous.
VIVE LA LIBERTE D’EXPRESSSION ! (plus hypocrite, tu meurs !!!) ………

Tunis - Dimanche 07 novembre 2010 (« fête » du 07/11/2010)- Un projet civilisationnel, cela se conçoit et se construit patiemment. Avec sincérité. Avec dévouement. Et, surtout, surtout, avec la force de l’engagement.
Il était seul, à l’aube du 7 Novembre 1987, à décider en son âme et conscience d’éviter que la Tunisie ne bascule dans le néant. Il était seul, face à lui-même, face à sa conscience, au moment où il entreprenait cet acte de sauvetage qui allait marquer l’histoire contemporaine de la Tunisie. Il l’a fait pour sa Patrie. Il l’a fait pour ses sœurs et ses frères tunisiens.

Il l’a fait pour nous, finalement…Oui, en vingt trois ans, Ben Ali a reconstruit la Tunisie. L’édifice est solide. Il n’est donc pas indifférent que les Tunisiens appellent le Chef de l’Etat à se présenter à la présidentielle de 2014. Ce projet civilisationnel, c’est bien lui qui l’a conçu. Et, c’est à lui de le parachever. En fait, nous avons encore du chemin à faire ensemble. En allégeance à la Tunisie. A la gloire de sa pérennité.------

Tunis - Dimanche 25 juillet 2010 (Fête de la République) -----
Pourquoi la Tunisie, pays à peine visible sur la carte du monde, suscite-t-elle tant d’intérêt, tant de curiosité, tant d’admiration et, aussi, tant de jalousie tournant parfois à l’invective ?... Quelle République bananière serions-nous aujourd’hui, si les institutions n’avaient pas été miraculeusement sauvées, en 87, du naufrage d’une monarchie présidentielle, sans modèle, sans avenir, évoquant le même souvenir âcre de fin de règne de ces mois ayant précédé un certain 25 juillet… 1957 ?..... Et, puis, au nom de quoi ce peuple est-il toujours resté debout ? Au nom de ces valeurs égalitaires justement et qu’exprime, sans exubérance et dans les accents d’un défi serein, ce Changement qui n’en finit pas de façonner et de changer la face de l’Histoire, et de baliser le destin de la Tunisie. -----

Tunis - Samedi 20 mars 2010 (Fête de l’Indépendance)
Quelque part, les moments indicibles de reconquête identitaire, se sont dilués dans des nuées orageuses porteuses d'un désenchantement national, d'une sclérose prématurée d'un régime pourtant encore jeune. Les valeurs de la République chancelaient, en proie à un frisson existentiel face à un avenir indéchiffrable. Du coup, le Changement sauve le pays mais surtout il réaffirme la souveraineté d'une Nation et l'intégrité territoriale d'un pays qui renoue avec sa vocation originelle---------

-------Question à 1 dinar . Quel serait, selon vous, l’obséquieux flagorneur, le servile encenseur, le rampant adulateur qui avait rédigé ces rampants éditoriaux ???.[b]Yaaaaaaaaaaaaaaaammi, tous ont la bonne réponse : Roufa, oui, Raouf Khalsi, bien sûr !!!
J’avais été nommé, pour mon malheur, « coordinateur » du journal « Le Temps »(mission qui dura 18 mois), sauf que je m’étais interdit, malgré l’insistance de la Pt du Conseil d’administration d’alors, Fatma Cheikhrouhou/Békir, de rédiger serait-ce un seul édito. Et pour cause……
L’auteur des « lèches » ci-devant avait manigancé de la plus ignoble des manières pour me bouter hors Dar-Assabah. Le jour n’est pas loin où, et il devrait s’en estimer heureux, que le gardien l’informe qu’on n’a plus besoin de ses services, tel qu’il le fit pour moi, alors que je n’avais strictement rien à me reprocher. Or tel n’est pas son cas !!!. Hamadi Khammar-------[/b]

------*Arturo Brachetti est un artiste italien, né en 1957 à Turin, et considéré comme le plus grand maitre de la métamorphose au monde.
hamadi khammar
 
Posts: 50
Joined: Fri Nov 30, 2007 10:18 am

Postby ritchie » Fri Feb 11, 2011 9:49 pm

si hammadi,tes articles m ont bien manqué!
[swf width=296 height=93]http://www.danasoft.com/sig/rit10364.jpg[/swf]
User avatar
ritchie
.
.
 
Posts: 3118
Joined: Sat Nov 25, 2006 9:30 pm


Return to Internet,Media,TV, Arts

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 0 guests