Culture

JCC 2012: Le dernier passager" de Mounes Khammar: force de la Musique/Image dans un film sans paroles



Lundi 19 Novembre 2012
Pour mieux servir la narration d'un récit, où les paroles sont absentes, seules les images et la musique peuvent donner de la force au poids des mots inexistants. C'est le cas dans le court-métrage "Le dernier passager" du jeune réalisateur algérien Mounes Khammar, projeté hier à la salle Amilcar.
D'une durée de sept minutes, le film rassemble un grand nombre d'acteurs et d'actrices connus en Algérie dont Mohamed Bouchaieb, dans le rôle principal.
Dans ce film, sans aucun dialogue, l'acteur est un personnage sans nom.

Seuls l'acuité de son regard, le mouvement rapide de ses pas et ses gestes font leur poids avant de s'envoler dans l'air et sauter dans le vide. Les cris de tous ceux qui l'ont vu, de ses proches qui ont reçu la mauvaise nouvelle ne s'entendent pas.

Toutefois, la musique et les images soulignent le drame de l'histoire: celle d'un jeune homme à tout faire qui rêvait de devenir artiste, et d'être aimé par "La Princesse au Grand", le grand théâtre où elle se produit, et où il travaillait... un simple employé, dans lequel est né un artiste frustré.


L'originalité de cette oeuvre courte c'est que la musique de Ziad Rahabani et les images de Mounes soulignent dans une parfaite osmose le rythme tragique de l'idée force du film: raconter une histoire, où le récit est saisi même si les mots sont absents.

En fait, ce jeune metteur en scène, de la nouvelle génération de réalisateurs algériens a voulu à travers ce premier film professionnel comme réalisateur, parler, à travers l'image, des personnes qui n'ont pas eu de place sous les lumières et faire passer une émotion, avec le silence et la musique, une musique de narration.

Sans paroles certes... ce film -à ne pas rater- qui a été projeté hier à la salle Amilcar devant des chaises totalement vides est au programme pour une deuxième projection, le samedi 24 novembre à la salle "Le Parnasse" à 18H00, et ce, dans le cadre de l'hommage au cinéma algérien.


          Partager  Share on Google+      
Om Kalthoum   Amal Hayaty




Les Commentaires en arabe avec caractères latins seront automatiquement supprimés

0 de 0 commentaires pour l'article 56866



Les Commentaires en arabe avec caractères latins seront automatiquement supprimés


En continu
Indicateurs Banque Centrale de Tunisie


  TUNINDEX: 4535.57
Tunis



NOS PARTENAIRES




Derniers Commentaires