Economie

Tunisie : Vers l'ouverture du secteur agricole

Samedi 14 Juillet 2012
Oxford Business Group
(Rapport Juillet 2012)



Malgr une croissance conomique en demi-teinte et une incertitude politique persistantes, consquences des troubles politiques de l'an dernier, qui ont conduit la destitution de l'ex-prsident Zine El Abidine Ben Ali, la production agricole tunisienne et les investissements dans le secteur ont lgrement progress ; une libralisation plus pousse des changes commerciaux reste nanmoins ncessaire pour renforcer l'efficacit de la production.

D'aprs l'Agence de promotion des investissements agricoles (APIA), les bouleversements politiques qui ont marqu l'anne 2011 n'ont pas empch le secteur d'attirer 476.8 millions de dinars tunisiens (236.04 millions d'euros) d'investissements.


Par ailleurs, les investissements dans l'agriculture approuvs en avril 2012 ont atteint 2.1 millions de dinars tunisiens (1.1 million d'euros), soit une hausse de 5.21 % et 1.23 % par rapport la mme priode en 2011 et 2010, respectivement, d'aprs les dclarations de l'APIA au mois de juin.

D'importantes quantits de produits agricoles cultivs sur les plaines fertiles, proximit de la ville de El Hamma, sont galement exportes sur les marchs europens, ainsi que dans un certain nombre de pays du Golfe, tels que le Qatar ou l'Arabie saoudite. Depuis le dbut de la saison agricole 2012, quelque 14 000 tonnes ont t commercialises, soit 17 % de plus qu' la mme priode en 2011, d'aprs Tunis Afrique Presse ;Des rsultats dont peut se fliciter le secteur agricole, le seul grand secteur primaire tunisien, qui contribue environ 14 % du produit intrieur brut (PIB), emploie 20 % de la main d'uvre totale et gnre 14.3 % des exportations tunisiennes totales.

Dtermine maintenir la timide tendance haussire observe ces derniers mois, l'APIA s'efforce d'attirer les investisseurs trangers dans le secteur et de nouer des partenariats stratgiques avec ses voisins d'Afrique du Nord, ainsi que des pays du Moyen-Orient.

Pour ce faire, l'agence mise essentiellement sur des campagnes de sensibilisation et des activits promotionnelles. Au mois d'octobre, par exemple, la Tunisie accueillera le salon international de l'investissement agricole et de la technologie, puis fin 2012, l'APIA organisera la runion annuelle de l'Organisation arabe pour l'investissement et le dveloppement agricole.

Le pays devra nanmoins redoubler d'efforts pour rduire les pertes d'efficacit et renforcer l'attractivit du secteur de l'agriculture et de l'levage. Les politiques agricoles nationales devront tre rformes en profondeur pour amliorer les normes agricoles, le contrle des prix, les droits de douane, le rendement et l'efficacit globale du secteur et, plus gnralement, contrer les effets des prcdentes politiques agricoles nationales, d'aprs un rcent rapport de la Banque africaine pour le dveloppement (BAD) intitul Distorsions des incitations et politique agricole en Tunisie : analyse prliminaire .

La plupart des politiques tunisiennes actuelles rpondent des intrts protectionnistes, un certain nombre de mesures de contrle des prix ont t prises pour les produits de base, tels que les crales et le lait, et des subventions aux facteurs de production sont octroyes pour les engrais et les pesticides chimiques.

Si des efforts ont t faits pour limiter certaines de ces mesures de soutien l'agriculture, dans le cadre des accords de libre-change avec l'Union europenne (UE) et l'Organisation mondiale du commerce (OMC), la BAD soutient que ces politiques ont provoqu des distorsions de production, notamment en termes d'allocation des ressources des produits spcifiques.

Les droits de douane limportation empchent les ressources (l'eau, la main d'uvre ou le capital par exemple) d'tre alloues d'autres secteurs, o leur utilisation pourrait tre plus efficace, peut-on lire dans le rapport. L'tude rvle galement que le niveau lev de protection a rendu plus profitable la production pour le march intrieur, notamment pour certaines crales et l'levage ; par consquent, les agriculteurs ne sont pas incits prendre le risque d'explorer les marchs internationaux.

Le rapport de la BAD prconise un certain nombre de rformes pour le secteur. En premier lieu, le gouvernement tunisien doit redoubler d'efforts pour attirer les investissements privs, et amliorer l'accs au crdit des entreprises agro-alimentaires. Les investissements de l'État dans l'infrastructure rurale sont galement recommands, plus spcifiquement pour financer la modernisation des oprations, et notamment les oprations de transformation et de commercialisation.

Une fois opres, ces rformes devraient permettre la Tunisie de s'assurer un avenir plus serein, et encourager les investissements trangers dans le secteur agricole, mme si les subventions sur certains produits seront trs certainement maintenues court terme, voire moyen terme.

Le pays pourrait difficilement ne pas tre en phase avec les politiques d'autres producteurs agricoles rgionaux. Les politiques agricoles des pays dvelopps, par exemple, et plus particulirement des pays de l'UE, exposent la Tunisie la concurrence des produits europens, commercialiss des prix infrieurs grce aux subventions europennes l'exportation.




          Partager  Share on Google+      





3 de 3 commentaires pour l'article 51914

Moi17  (Tunisia)  |Dimanche 15 Juillet 2012 à 16h 59m||           
@ministre de l'agriculture:la tunisie dispose principalement des avantages comparatifs dans les produits de la gothermie a el hamma;tozeur,kebili.pourquoi l'etat ne cree pas des sondages profonds qui peuvent donner de l'eau a un debit important et a un degr de chauffage important (70) au niveau du sud est zarzis ,djerba,medenine ,surtout que ces forages etaient existants avant mais non exploites par de culture geothermale. par ailleurs
on peut valoriser les infrastructures existants:l'aeroport de jerba ,le port maritime de zarzis la zone franche et les terres domanialles de la region. voila un creneau tres important .....a bon entendeur.

David  (Tunisia)  |Samedi 14 Juillet 2012 à 20h 20m||           

Bingo  (Tunisia)  |Samedi 14 Juillet 2012 à 18h 37m||           
Le secteur agricole reste l'un des secteurs conomiques les plus prometteurs dans notre pays, malheureusement; nos jeunes se font prier pour y travailler sans succs !



Les Commentaires en arabe avec caractres latins seront automatiquement supprims


En continu
Indicateurs Banque Centrale de Tunisie


  TUNINDEX: 4601.68
Tunis



NOS PARTENAIRES




Derniers Commentaires