Médias

Tunisie: ''La dissolution de l'INRIC est une dcision ''surprenante'' (La prsidence du gouvernement)

Jeudi 05 Juillet 2012
babnet.net
La prsidence du gouvernement provisoire a indiqu qu'elle a t surprise par l'annonce de la dissolution de l'Instance nationale indpendante pour la rforme de l'information et de la communication (INRIC) par son ex-prsident, Kamel Labidi, "sans concertation pralable ou information des parties concernes de l'autorit de tutelle qui a cr cette structure, dsign son premier responsable, garanti son indpendance et facilit son travail".

Dans un communiqu adress l'opinion publique dont l'agence TAP a reu une copie, jeudi, la prsidence du gouvernement a remarqu que l'ancien premier responsable de l'Instance a accus faussement le gouvernement de "contrle et de dsinformation", alors qu'il avait, "prsid une haute instance avec laquelle le gouvernement a agi avec srieux et respect dans le contexte de l'effort national pour raliser le processus de transition dmocratique".

La prsidence du gouvernement a rappel, que le gouvernement et toutes les parties concernes par le paysage mdiatique continuent dployer des efforts pour la gestion du domaine de l'expression et du climat de libert "bien qu'elle n'ait pas bnfici d'une couverture mdiatique qui reprsente une passerelle avec le peuple, contrairement ce qui se passe dans tous les rgimes transitoires et les dmocraties bien tablies".

Le communiqu a ajout que cette situation a rendu le paysage mdiatique unipolaire avec un seul point de vue, semblable la situation qui prvalait sous l'ancien rgime, mais plutot dans le sens de l'hostilit l'gard gouvernement lu dmocratiquement".


D'autre part, la prsidence du gouvernement indique, dans son communiqu, que "ce qui aggrave la situation, c'est que des structures charges de dfendre une information libre et plurielle, jouent un rle de dfenseur acharn de l'unipolarit du paysage mdiatique, dpassant les frontires nationales vers une tentative de verrouillage des tablissements de presse pousses par les politiques partiales de l'INRIC diffuser de l'tranger, aprs "avoir t privs sans raison des autorisations".

Le communiqu a rappel galement les circonstances qui ont entour l'invitation de certains symboles du Rassemblement Constitutionnel Dmocratique (RCD) dissous participer en direct une mission tlvise sur la chane publique "Wataniya 1", mission ayant provoqu une vague d'indignation auprs de l'opinion publique.

La participation des Rcdistes a t considre comme tant "une adhsion au courant contre-rvolutionnaire", "une ngation totale des acquis de la rvolution" et "un prlude au retour des rcdistes la scne nationale", ainsi qu'une tentative visant promouvoir leur image de marque", lit-on dans le mme communiqu.

La dissolution de l'INRIC "ne doit pas se tranformer en une entrave au processus de rforme mdiatique, notamment l'examen des dcret-lois N115 et 116 rgissant le secteur" et "ne doit nullement constituer un alibi pour couvrir les corrompus d'autant que la liste noire des journalistes impliqus avec le rgime dchu" n'a pas t publie, relve le communiqu.

La prsidence du gouvernement se dclare convaincue, en tant que gouvernement lu, que les mdias doivent tre l'abri de "toute forme d'ingrence gouvernementale" et qu'ils doivent disposer des moyens financiers qui les mettent l'abri du chantage et de la manipulation", souligne la mme source.

"Il est du devoir des mdias de ne plus servir des intrts catgoriels, raciaux, politiques et financiers" et qu'il ne doivent plus pas etre craintifs ou elogieux aux dtriment de la vrit".

Le communiqu raffirme la position de principe du gouvernement contre tout retour la dictature soulignant qu'il s'agit d'une constante qui ne prte pas quivoque, et que le gouvernement n'a pas peur des critiques ou du controle des mdias libres et responsables.

"Le gouvernement soumettra les projets de loi relatifs au secteur mdiatique l'Assemble nationale Constituante (ANC) aprs le parachvement de la consultation nationale engage cet effet et en collaboration avec les acteurs mdiatiques".

"Le gouvernement est dtermin oeuvrer de concert avec l'ANC en vue d'adopter des lois garantissant l'quit, la transparence et l'efficacit dans la rpartition de la publicit publique sur les journaux, raffirmant l'engagement les doter d'quipements et de ressources de financement ncessaires pour que les mdias publics audio-visuels puissent accomplir leur mission au service du citoyen", conclut le communiqu.





          Partager  Share on Google+      





4 de 4 commentaires pour l'article 51583

Elwatane  (France)  |Vendredi 06 Juillet 2012 à 06h 53m||           
L'essenciel est que le peuple est derriere son gouvernement,alors qu'ils demissionnent ou pas a revient au meme puisqu'ils n'etaient pas neutre et ils entravaient le travail des autres

Saalih  (Canada)  |Vendredi 06 Juillet 2012 à 01h 36m||           
Il faut clarifier qu'il n'y a pas de gouvernement comptent et un autre incomptent mais plutt des agendas diffrents et dpendamment si l'agenda correspond nos intrts ou non on traite le gouvernement faussement de comptent ou incomptent. il y a toute une administration publique, coteuse d'ailleurs, qui travaille derrire tout gouvernement et s'il y a incomptence elle est toujours l quelque soit le gouvernement.

MOUSALIM  (Tunisia)  |Jeudi 05 Juillet 2012 à 23h 18m||           
...

JAWHAR  (France)  |Jeudi 05 Juillet 2012 à 23h 00m||           
Le gouvernement est toujours surpris et ne comprends toujours pas les ractions du peuple, des journalistes, de l'opposition, de l'anc, du prsident de la rpublique et mme de certains membres du gouvernement lui mme !!!
svp dgagez et laissez les gens comptents et qui comprennet les choses travailler votre place !



Les Commentaires en arabe avec caractres latins seront automatiquement supprims


En continu
Indicateurs Banque Centrale de Tunisie


  TUNINDEX: 4607.16
Tunis



NOS PARTENAIRES




Derniers Commentaires