Culture

محمد زين العابدين: لولا تدخل الدولة والمال العام في تونس لما استقام لنا شأن في المجال الثقافي



Vendredi 17 Mars 2017
بــاب نــات - "لولا تدخل الدولة والمال العام في تونس لما استقام لنا شأن في المجال الثقافي" ذلك ما أكده وزير الشؤون الثقافية، محمد زين العابدين، خلال ندوة فكرية بعنوان "العقد العربي للحق الثقافي"، انتظمت صباح الجمعة بمقر المنظمة العربية للتربية والثقافة والعلوم (ألكسو)، بمناسبة اختتام تظاهرة صفاقس عاصمة الثقافة العربية لسنة 2016.

واعتبر الوزير أن "أصحاب المال والأعمال لا يقومون بما يلزم في مجال دعم ورعاية المشاريع الثقافية رغم توفر التشريعات والحوافز التي تشجع على الاستثمار في الميدان الثقافي"، وفق تقديره.

وقال إن "البلدان العربية تؤسس تدريجيا لمفاهيم الحق الثقافي الذي لم يكن مطروحا في السنوات الفارطة"، مضيفا أن تونس مثلا أعطت الأولوية بعد الاستقلال (1956)، للحق التربوي من خلال التنصيص على إجبارية التعليم ومجانيته وتعميمه اعتمادا على منطلقات الفكر البورقيبي للتنشئة والمعرفة الذي يراهن على الإنسان كثروة يجب استثمارها.

وطرح الوزير في محاضرته التي اختار لها عنوان "الحق الثقافي : المرجعية الدولية والمنشود العربي"، مجموعة من التساؤلات حول واقع الثقافة في الدول العربية على غرار "هل تعتبر الثقافة أولوية في سياسات الدول العربية؟" و"هل يمكن أن نتحدث عن حق ثقافي دائم على المستوى الميداني في العالم العربي؟" ومن جهته، ذكر وزير الثقافة بجمهورية مصر العربية، حلمي النمنم، الذي حضر بتونس اليوم ليتسلم مساء الجمعة بمدينة صفاقس مشعل الأقصر عاصمة الثقافة العربية لسنة 2017، أن الوقت قد حان لتصبح الثقافة حقا أصيلا لكل مواطن عربي مهما اختلفت توجهاته وانتماءاته، معتبرا أن العرب تحدثوا منذ أكثر من نصف قرن عن كل الحقوق باستثناء الحق الثقافي.


وأوضح المدير العام المساعد للألكسو، محمد عبد البارئ القبسي، أن العقد العربي للحق الثقافي الذي ستعمل المنظمة على استكمال صيغته النهائية وعرضها على الاجتماع القادم للجنة الدائمة للثقافة العربية، على أن ينطلق بصفة فعلية بداية سنة 2018، سيشكل فرصة للدول العربية لمزيد التفكير وتعميق النظر حول الحق الثقافي كقضية جوهرية ومستقبلية خاصة وأن هذا الحق يرتبط بكل التعبيرات الثقافية في مجالات الإبداع، وتسهيل تنقل أهل الفكر والفن وتداول منتوجاتهم بين مختلف البلدان العربية.

وقال إن "الحقوق الثقافية ظلت أضعف الحقوق ضمن منظومة حقوق الانسان في الأدبيات الدولية والعربية على حد سواء" مشددا على أن حقوق الإنسان غير قابلة للتجزئة فهي متداخلة ومترابطة ومتساوية في الأهمية، سواء تعلق الأمر بالحقوق المدنية أو السياسية أو الاجتماعية أو الثقافية أو غيرها، داعيا إلى مزيد الاستفادة مما توفره الثورة الرقمية من إمكانيات لتطوير الإنتاج الثقافي وتحقيق الإضافة وضمان الانتشار والحضور على الساحة العالمية.
وتشمل الحقوق الثقافية، بحسب القبسي، حق كل إنسان في اختيار هويته الثقافية ومعرفته وثقافته وتراثه وثقافات الآخرين وفنونهم، وكذلك حرية الإنتاج المعرفي والتعبير المكتوب والمرئي والمسموع فضلا عن الحق في الحماية المعنوية والمادية ذات الصلة بالنشاط الثقافي للمبدع.
أما مديرة الثقافة والتراث بالألكسو، حياة القرمازي، فقد اعتبرت أن "الحق الثقافي في المجتمعات العربية لا بد أن يأخذ بعين الاعتبار خصائص وضوابط هذه المجتمعات وحدودها".
أمد

Publié le:2017-03-17 15:33:42


cadre-c6a3f656dc3bb791640651c6cf01776f-2017-03-17 15:33:42

    
    
    
    
    





5 de 5 commentaires pour l'article 140020

Azzah  (France)  |Samedi 18 Mars 2017 à 14h 14m |           
... suite,


....il nous faut exiger de tous mes ministères de la culture du monde arabe, de tloutes les grandes fortunes, de toutes les fondations (y compris celle de l'Agha Khan), que toutes les forces, toutes les volontés, tout l'argent cesse d'aller vers les guerres fratricides et se canalisent vers la reconstruction du patrimoine, vers sa restauration, vers sa sauvegarde, vers sa mise en valeur, patrimoine de quelle que nature qu'il soit (y compris
les connaissances agricoles par exemple).

Il faut que le monde arabe, le monde musulman, lemonde africain, reprennent le savoir d'eux-mêmes pour enfin retrouver le goût d'eux-mêmes.

Azzah  (France)  |Samedi 18 Mars 2017 à 14h 09m |           
Suite et reprise du précédent message interrompu par erreur :


... Car sans la maîtrise de notre langue arabe, sans la parfaite connaissance de notre histoire, sans le goût pour notre culture et sons appartenace au monde arabe (lequel est riche d'expressions chrétiennes, juives, zoroastréennes), au monde musulman (riche de langues et de traditions multiples et si nombreuses), au monde african (notre sol), au monde proche méditerranée (italie, grèce, nos racines communes d'avant le christianisme et
l'islam),
sans l'apprentissage tirant vers le haut, sans l'éductaion appelant à l'amour de la beauté n'est ce pas là le véritable appel de l'islam), il y a le vide.

Des générations de tunisiens ont essayé de remplir le vide causé par le sabotage de nos "intellectuels" en se remplissant de
- vulgarité (langage odieux, pronociation fausses, vocifération, gestuelle laide, absence de tenue, acoutrement rendant la personne non pas originale mais ridicule,
- revendications personnelles, strictes caprices, n'ayant aucun intérêt pour le bien-être et la bonne santé de la nation....)
- ou se noyant dans le non-sens qui tire vers le bas et vers la violence et ces deux choses se tiennent la main et se générant mutuellement (alcool, drogues, perte du contrôle de soi, violence due au manque lui-même dû à l'addiction, violence sur sa femme sur ses enfants sur ses parents puis sur le peuple -"djihadistes" n'ayant rien de musulmans).

depuis 1956 le pays a été ravagé dans son patrimoine, dans ses paysages, dans ses savoirs millénaires, soigneusement transmis et enrichis gérénation après génération, jusque dans sa chair.

Vous ministre de la culture vous êtes responsables.

Tout comme le ministre de la santé est responsable et de la santé du peuple et du contrôle et de la maîtrise des facteurs, tous, qui peuvent venir nuire à cette santé publique.

Le monde arabe s'est dépensé dans des guerres fratricides orchestrées par ceux qui ont été les "amis", les "potes" de leurs pseudo-élites, français chez nous, américains et anglais chez les autres.

Aujourd'hui certains commencent à oser dire stop.

Il nous faut en tunisie laisser de côter la pseudo-élite soumise au neo colonialisme français, et nous intéresser à ce mouvement de réveil culturel qui lève la tête partout où la langue arabe résiste.

il nous faut exiger de tous mes ministères de la culture du monde arabe, de

Azzah  (France)  |Samedi 18 Mars 2017 à 13h 53m |           
Nous vous harcellerons jusqu'à vous obliger à couper ce lien destructeur qui consiste à nous maintenir ignorants de notre culture et de notre langue, vous et tous ceux qui vous succèderont.

Nous dénoncerons toutes les malfaçons de ceux qui vous ont précéd à ce poste et ailleurr.

Nous dénoncerons les detructions bourguibiennes et vous obligerons à réécrire l'histoire de notre pays de manière à nous la rendre nôtre.

Exit le colonialisme francophone,

Exit le colonialisme qui consiste à écrire l'histoire de notre pays à décrire notre culture d'un oeil en reniant l'essence arabe et musulmane

Exit les diplômes déformants, handicapants, garantissant le salaire et le fauteuil à ceux qui depuis des décennies n'ont favorisé que la mort de l'identité des tunisiens, la mort de notre histoire, l'enlaidissement de nos cités, les ravages de nos paysages, l'ensauvagement de l'esprit de nos jeunes.

Car sans la maîtrise de notre langue arabe, sans la parfaite connaissance de notre histoire, sans le goût pour notre culture et sons appartenace au monde arabe (lequel est riche d'expressions chrétiennes, juives, zoroastréennes), au monde musulman (riche de langues et de traditions multiples et si nombreuses), au monde african (notre sol), au monde proche méditerranée (italie, grèce, nos racines communes d'avant le christianisme et l'islam),
sans l'apprentissage tirant vers le haut, sans l'éductaion appelant ) l'amour de la beauté pas le véritable appel de l'islma),générations de tunisiens ont essayé de remplir le vide causé par le sabotage de nos "intellectuels"

Azzah  (France)  |Samedi 18 Mars 2017 à 13h 39m |           
Les Affaires Culturelles sous Bas Chaouch et Enneifer et Fantar n'ont fait que du catimini.

La connaissance de notre histoire nous a été interdite (culte bourguiba qui osa dire "depuis hannibal la tunisie n'avait pas connu un aussi grand homme que moi"). Sauf les périodes pré-musulmanes car cette partie de l'histoire de la tunisie intéressait la france coloniale et les pères blancs qui voulaient nous convaincre que parce que le pays avant les foutouhat n'était ni arabe ni musulman nous devions rejeter la langue arabe et l'islam
(travail repris via la francophonie et les églises évangélistes).

Le patrimoine architectural a été sérieusement entammé par les destructions décidées par ce même bourguiba : destruction du mur d'enceinte de tunis et de quartiers historiques entiers, abandon des palais de tunis et de ses environs parce qu'ayant appartenu aux familles beylicales et aux baldiya).

Le patrimoine musical, littéraire a été bradé et à sa place l'on nous force à admirer la langue françaçse, la musique classique euroépenne, on nous force à tout renier de ce dont nous avons hérité, tout mépriser, et à ne mettre en valeur, n'admirer, n'honorer que ce que l'ambassade de france, le ministre de la culture français nous désigne.

Vous-mêmes monsieur le ministre vous avez vendu à audrey azoulay votre rôle, vos responsabilités, vous vous êtes soumis à son dictat jusqu'à proclamer que vous alliez promouvoir l"dition étrangère chez nous (l'édition en langue arabe est-elle promue par azoulay en france ?

Vous agissez comme ces trois personnes citées en début de mon message, qui avaient le stylo à la main habile à donner toutes les autorisations de fouilles même sur des sites interdits par l'état aux équipes française, américaines, accessoirement allemandes. Stylo habile, conférences nombreuses, à l'étranger toujours rarement en tunisie mais alors dans le cadre de "colloques internationaux", dans la langue coloniale jamais dans la nôtre.

Qu'a fait ce ministère depuis le trio cité en te du message sinon garantir à la france que le patrimoine tunisien ne sera jamais rendu aux tunisiens, et qu'il sera toujours enterré selon le bon vouloir du colonialisme franco-catholico-socialiste.

Qu'allez vous faire à part vos proclamations de soumission à audrezy azoulay ?

Khaldi Mon  (Tunisia)  |Vendredi 17 Mars 2017 à 16h 35m |           
ياسي الوزير هو فيه ثقافة من أصلو في هالبلاد ؟ إللي شاف ثقافة أو عرضتو في الشارع إجيبهالنا !!أرجوكم يزي من التدجيل !!بوليس إفشخ في مواطن قد بوه وسي الوزير إخرف على الثقافة!! وكيما إقولو العزوزة هازها الواد وتقول العام صابة




En continu
Indicateurs Banque Centrale


  
Tunis




Où nous suivre



Radio Babnet Live: 100% Tarab
NOS PARTENAIRES


Derniers Commentaires